LE NOIR BLEU: LES PLONGEOIRS


architecte : Mila Mojsilović
thèse : Le noir bleu
projet : Les plongeoirs
emplacement/coordonnées : 39° 23° (14’59’/16’2’/12’6’/10’0’/15’55’/12’54’)
dimensions: ~ 183m3 x n
description du projet : ‘Je ne vois pas à cause de la profondeur de la surface d’eau et des réflections, je vois à travers eux et grâce à eux.’ Merlo-Ponti
Ce qu’on s’imagine on le découvre comme l'absence. Il n’y a pas d’imagination si l'image qu'on perçoit n’évoque pas l’image absente et si l’image coïncidente ne représente pas la multitude de celles qui sont déformées. Ce qui est représenté comme absent est sur l’image. Le Monde comme un vide parle des impossibilités d’une existence éloignée, ainsi que permanente. On pourrait revendiquer que le vide dépend des conditions, qu’il est l’absence de lui-même, et qu’il inclut lui-même. En tant que forme, il est l’idée de la contingence de n’importe quelle autre forme ayant les qualités matérielles ou immatérielles. Selon Baudrillard, tout est sur le point de disparaître, en se dirigeant déjà vers là et en ayant besoin. D’abord, il n’y a rien, puis il y a un rien profond et enfin un rien absolu. Les plongeoirs flottent sur le champ du programme : le béton léger.


année : 2011
lien :milamojsilovic.tumblr.com / milamojsilovic@yahoo.com

 

 

 

 

 



2011. UN RÊVE : 'SANATORIUM'_ aleksandar ristović | UNE PROJECTION DE L'ÉVASION : LE PONTON_ nenad blagojević | UNE TRAJECTOIRE : LE CENTRE DE RECHERCHE_ marko marović | HÉDONISME : LES PLANTATIONS FLOTTANTES_ olga lazarević | INFINITÉ : LE CENTRE D'ŒNOLOGIE_ nikola andonov | LE TEMPS DE PLANCK : UNE STATION THERMALE_ luka mladenović | HORIZON DOUBLE : LA PISCINE_ sonja dedic | AMBIVALENCE : LE GRAND 8_ ivan alfeldi | TLE NOIR BLEU: LES PLONGEOIRS_ mila mojsilović | LA PLONGÉE : LE CLUB DE PLONGÉE_ milan dragić | AU-DESSUS DE LA MER : HÔTEL_ marija miković | 5% ELASTIQUE : LE PONT_ sara bicanin | THE BLUR: PARKLIFE_ milan jojic